9

 La construction d'un bâtiment, quelle que soit la destination de celui-ci, s'organise autour de différentes fonctions : liaison du bâtiment au sol (poser), élévation des éléments verticaux par lesquels les charges sont transmises au terrain (porter), mise en place des éléments horizontaux qui définissent les zones utiles (franchir), etc. Poser, porter et franchir sont ce que l'on appelle le « gros œuvre ». Indissociables en termes de structure, ces fonctions donnent forme à la « peau » du bâtiment et constituent un système. Pour y parvenir, différents types de matériaux et de techniques ont été associés au cours des siècles.

La gamme des matériaux utilisés en construction est à la fois étendue et variée. Elle peut être divisée en deux grandes catégories : celle des matériaux traditionnels servant à la réalisation des éléments porteurs et celle des matériaux dérivés qui sont destinés au second œuvre.
Dans la première catégorie rentrent des matériaux résistants, d'un coût peu élevé, relativement faciles à mettre en œuvre et pouvant être élaborés sous forme d'éléments de grandes dimensions. En font partie le bois, la terre, la pierre, les produits de terre cuite, les liants hydrauliques, le béton et les aciers.
La seconde catégorie de matériaux est plus variée et son emploi est de plus en plus diversifié. Son coût, plus élevé, est compensé par ses nombreuses qualités et la rapidité de mise en place. Si elle comprend des matériaux dérivés du bois, elle utilise aussi des métaux (tels que le cuivre, le bronze, le laiton, le zinc et le plomb), le cuir, les élastomères, les produits textiles, le bitume et le goudron ainsi que les produits céramiques et verriers.
Aujourd'hui, le développement de la recherche dans tous les secteurs de l'industrie et l'amélioration des techniques de fabrication permettent de reculer les limites d'emploi des matériaux et de réaliser de nouvelles formes.

Partager